Visionnez la démo

Traduction 
 Automatique

Traduction automatique: un substitut du processus humain ?

L'intelligence artificielle, ou plutôt les réseaux neuronaux profonds et l'apprentissage automatique pour être plus précis, est très tendance. Le projet DeepMind de Google a fait les gros titres du monde entier et a présenté ce qui se passe dans le laboratoire au grand public. On cite volontiers AlphaGo, un programme informatique développé par l'équipe DeepMind de Google. Il a récemment battu le grand joueur de Go, Lee Se-dol, alors qu'on pensait que ce ne serait pas possible avant de nombreuses années en raison du niveau élevé d'intuition requis pour jouer à ce jeu (les positions possibles sur le plateau sont plus nombreuses que tous les atomes dans l'univers !).

Mais si on parlait de quelque chose que nous utilisons déjà chaque jour ? La traduction automatique (MT) est un exemple d'algorithmes d'intelligence artificielle appliqués aux problèmes réels. Ce n'est pas une technologie de pointe abstraite, c'est un outil que nous utilisons au quotidien pour nous aider à travailler, à nous détendre et à nous divertir.

Une brève histoire de la traduction automatique

Pour comprendre l'état d'avancement actuel de la traduction automatique, il est logique d'étudier ses origines. Étroitement liée avec la cryptographie, l'idée de traduction automatique a commencé à se répandre peu après la Seconde Guerre mondiale. Mais l'idée a eu des détracteurs dès le départ.

J.E. Holmström a écrit dans un rapport de 1951 pour l'UNESCO que « le style littéraire qui en résulte serait atroce et contiendrait plus d'erreurs et de fautes risibles que ne pourrait produire le pire des traducteurs humains ». Il a également affirmé que « la traduction est un art », ce qui nous conduit à une question intéressante qui fait encore débat : les machines seront-elles un jour capables de produire de l'art ?

Ses commentaires ont été suivis quelques années plus tard par la première démonstration d'un système de traduction automatique. En 1954, ce système était le fruit d'une collaboration entre l'Université de Georgetown et IBM pour la traduction de russe en anglais. Ce fut un véritable succès, du moins selon le communiqué de presse d'IBM, et cela avait ravivé les attentes vis-à-vis des capacités de la traduction automatique dans les années à venir. Mais comme c'est souvent le cas des nouvelles technologies passionnantes, les progrès ont été bien plus lents que prévu.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les origines de la traduction automatique, l'article de John Hutchins rédigé en 1997 et intitulé Translation Technology and the Translator (Technologie traductionnelle et le Traducteur), est un excellent compte rendu du chemin parcouru.

Montée en puissance des machines

De nombreux problèmes complexes qui avaient été débattus dans les premiers temps ne sont toujours pas résolus, comme le fait que la traduction automatique doit aller plus loin qu'un simple remplacement de mots. Le contexte de chaque mot doit être étudié attentivement pendant la traduction. Les idiomes et les tournures spécifiques à chaque domaine, comme le style rédactionnel différent pour un article d'une rubrique sportive et celui d'un document commercial, rendent la production de traductions entièrement automatiques et de haute qualité une compétence difficile à maîtriser. C'est une tâche énorme de créer un programme pour comprendre le texte source aussi bien qu'un humain et le transposer dans une autre langue en tenant compte des aspects culturels. C'est pourquoi les machines ne prendront pas le contrôle de la traduction dans un avenir proche.

Cet article intéressant de David Raab de Martech Advisor explore les catégories d'emploi risquant d'être perdues par les humains en raison de l'informatisation. Il reflète l'idée selon laquelle plus le travail est créatif et intuitif, moins il est probable qu'il soit remplacé de sitôt.

Menace pour l'emploi par David Raab

La question de savoir si les machines sont prêtes ou non à remplacer des êtres humains dotés de créativité est également abordée dans un rapport de 2016 de McKinsey & Co.Le cabinet de conseil en gestion a étudié le potentiel d'automatisation des activités par les technologies actuelles. De nombreuses tâches sont désormais prêtes pour l'automatisation, peut-être plus que nous ne le pensons.

McKinsey Automation

Mais sommes-nous sur le point d'assister à une révolution dans l'automatisation? Certains diraient que nous sommes à la veille d'un bond gigantesque dans l'automatisation. À l'instar de la première vague d'automatisation qui a remplacé de nombreux emplois de cols bleus, la prochaine vague pourrait concerner des emplois dans les secteurs des services.

Les exemples semblent presque illimités: Uber investit des millions dans la technologie de conduite automatisée afin d'élever l'humanité, Xero fait probablement partie de la raison pour laquelle Price Waterhouse Coopers (PWC) pense que la comptabilité est l'une des fonctions les plus probables à automatiser au cours des 20 prochaines années et The Washington Post a utilisé un algorithme pour écrire des articles pendant les Jeux Olympiques de Rio en 2016.

Cependant, dans tous ces exemples, l'idée est de déplacer les ressources humaines vers les domaines où elles sont plus productives. Ou comme l'explique Jeremy Gilbert, directeur des initiatives stratégiques du Washington Post : « Nous n'essayons pas de remplacer les reporters, nous essayons de les libérer ».

Olympics Bot

Ce robot a perdu son travail.

Traducteurs contre machines

Disons les choses clairement : une traduction de haute qualité ne sera pas réalisée par des machines de sitôt. Pour qu'un contenu Web se distingue de la profusion des annonces publicitaires, il doit être divertissant, pertinent et intéressant. Cela signifie qu'un mode de pensée original, l'empathie et un haut degré de créativité sont nécessaires. Et comme nous en avons discuté dans notre blog : Répondre aux attentes des clients et parler comme un local, il existe de nombreux facteurs complexes à prendre en compte lors de la création de contenu multilingue. La traduction automatique ne va pas assez loin pour attirer le client. Ce dernier a besoin d'une communication fluide qui tient compte des facteurs culturels et stylistiques. Dans cette optique, voici quelques points clés à prendre en compte si vous souhaitez profiter de la traduction automatique :

Le logiciel sera-t-il exempt d'erreurs ?

Tout le monde commet des erreurs, mais dans de nombreux cas, les machines commettent moins d'erreurs que les humains. Plus la tâche est simple, mieux la machine peut l'effectuer. Même des tâches complexes comme la conduite automatique peuvent être améliorées par l'automatisation. Les voitures assistées par ordinateur de Tesla ont parcouru 130 millions de kilomètres aux États-Unis avant leur premier accident mortel, tandis que la moyenne est de 94 millions de kilomètres par accident pour les automobiles classiques. Bien que le niveau de compétence relatif des conducteurs de Tesla ne soit pas forcément pris en compte, l'implication est évidente : les machines peuvent réduire le risque d'erreur humaine. Mais feriez-vous confiance à une machine pour l'image de marque de votre entreprise ? Une petite ville espagnole appelée « As Pontes » a fait un jour une erreur de traduction automatique qui a fait le tour du monde. Et il ne s'agit même pas de savoir si une traduction automatique est capable ou non de trouver le ton parfaitement adapté à la marque.

Une machine peut-elle reconnaître les différences culturelles et historiques ?

Par exemple, vous pouvez dire qu'un portefeuille peut contenir un « Personalausweis » (carte d'identité) dans une description de produit en Allemagne. Mais si vous traduisez ce terme par « carte d'identité » dans les pays n'ayant pas de carte de ce type, par exemple l'Australie, le Royaume-Uni, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis, le texte aurait une consonance étrangère même si les mots ont du sens. Il existe encore un nombre incalculable de différences similaires, même si le monde devient métaphoriquement plus petit. Cela rend indispensable une compréhension plus approfondie des cultures respectives lors de la création de contenus multilingues. Il est important de se rappeler qu'une personne bilingue n'est pas nécessairement un bon traducteur. Des années d'expérience et d'apprentissage sont nécessaires pour transposer couramment la signification d'une phrase dans une autre langue. On pourrait dire que les traducteurs professionnels insufflent la vie aux mots.

Utilisation sur des mobiles et des appareils
Un ordinateur peut-il comprendre les différences culturelles ?

Qu'en est-il de la confidentialité ?

L'outil de traduction automatique le plus omniprésent, Google Traduction, est un bon exemple en matière de confidentialité. Mais comme nous l'avons dit auparavant, Google Traduction ne garantit aucune confidentialité des données : tout ce qui est traduit via Google Traduction est conservé par Google, ce qui signifie que vous courez toujours le risque que votre contenu tombe dans de mauvaises mains. Cependant, si vous utilisez l'API de traduction de Google, qui est un service payant, Google garantit la confidentialité.

Dans quels cas pouvez-vous accepter des traductions de qualité inférieure ?

C'est la grande question que l'on se pose lorsqu'on envisage de recourir à la traduction automatique. C'est une solution moins chère et plus rapide que la traduction humaine, mais la qualité n'équivaudra pas celle de traducteurs humains professionnels. D'autre part, il n'y a pas assez de traducteurs pour traduire les gros volumes des contenus Web. Par conséquent, la priorisation de la traduction en termes de qualité et de quantité est un moyen de trouver à quel moment le recours à la traduction automatique est une valeur ajoutée.

Vous trouverez ci-dessous quelques catégories de contenu de base et ce qui peut être logique en termes de traduction. Pour les contenus qui doivent être très précis, une traduction humaine professionnelle est nécessaire. Pour les contenus dont la fréquence de publication est plus élevée et qui n'ont pas les mêmes exigences de qualité, la traduction automatique associée à la post-édition par un traducteur professionnel est une option plausible. Enfin, pour un contenu très fréquemment publié, comme l'assistance client sur les réseaux sociaux, la traduction automatique brute pourrait suffire.

Cas d'utilisation de la traduction automatique

Résumé

La technologie ira de plus en plus dans le sens d'une automatisation. Certains emplois disparaîtront, mais d'autres plus nombreux apparaîtront grâce à la technologie qui nous permet de nous concentrer sur des tâches non routinières. Prenons le cas du modeste distributeur automatique de billets (DAB) qui a connu une prolifération massive depuis les années 1970. On aurait pu penser que le nombre d'employés dans les banques serait presque réduit à zéro, mais en fait, l'inverse s'est produit.

Il en va de même pour la traduction automatique. Elle est déjà utilisée pour certaines traductions de base de textes destinés aux clients, mais les marques qui souhaitent se distinguer des autres doivent toujours collaborer avec une équipe expérimentée d'experts en langues et de gestionnaires de projets.

Le recours à la traduction automatique est judicieux comme aide à l'écriture, pour des contenus de routine ou pour comprendre les grandes lignes d'un texte rédigé dans une langue étrangère. Sinon, c'est un talent à part entière de trouver quels sont les domaines dans votre entreprise qui pourraient bénéficier de la traduction automatique et de l'utiliser à titre de valeur ajoutée. Le plus important à retenir est qu'un texte a toujours besoin de l'intervention d'un traducteur humain professionnel si vous souhaitez qu'il intéresse vraiment votre client.