Visionnez la démo

Le règlement 2018/858 de l’UE, un appel à créer davantage de contenu multilingue pour l’industrie automobile.

Florian Steinert-Niewierra

Auteur : Florian Steinert-Niewierra
Practice Leader, Automotive, LanguageWire
LinkedIn

Quel sera l’impact du règlement 2018/858 sur le contenu ?

Quel sera l’impact du règlement 2018/858 sur le contenu ?

La santé, la sécurité, la protection de l’environnement et la surveillance des marchés revêtent une importance capitale dans la réception UE par type des véhicules à moteur.

Désormais, les constructeurs qui vendent leurs produits dans l’UE sont tenus de veiller à ce que leur contenu technique soit conforme aux nouveaux règlements, ce qui fait de la traduction un objectif prioritaire pour l’année 2020.

Règlement 2018/858 de l’UE

Le règlement 2018/858 remplacera la directive 2007/46/CE. Ce règlement aura un caractère juridique contraignant dans tous les États membres de l’UE à partir du 1er septembre 2020.

Il porte sur les processus techniques, les fonctions administratives et responsabilités applicables aux constructeurs, fournisseurs et distributeurs de véhicules, ainsi que les autorités nationales nécessaires à l'établissement de procédures unifiées et comparables dans tous les États membres de l’UE. 

Pourquoi le règlement a-t-il une incidence sur les stratégies de contenu mises en œuvre dans l’industrie automobile ? En résumé, le nouveau règlement impose aux constructeurs de véhicules de fournir les informations techniques dans toutes les langues officielles des pays de l’UE dans lesquels ils commercialisent leurs produits.

De nouvelles exigences en matière de traduction

Je dois admettre que la lecture du document, qui fait plus de 200 pages, fut quelque peu éprouvante. Cela dit, le chapitre XIII a attiré mon attention. Le paragraphe relatif à la « Communication des informations techniques » met en lumière les attentes accrues en matière de traduction à l’égard des constructeurs soumis au nouveau règlement :

« 2. Le constructeur met à la disposition des utilisateurs toutes les informations utiles et les instructions nécessaires décrivant les éventuelles conditions particulières ou restrictions d’utilisation concernant un véhicule, un système, un composant, une entité technique distincte, une pièce ou un équipement. »

« 3. Les informations visées au paragraphe 2 sont fournies dans la ou les langues officielles de l’État membre où le véhicule, le système, le composant, l’entité technique distincte, la pièce ou l’équipement doit être mis sur le marché, immatriculé ou mis en service. Elles figurent également dans le manuel du propriétaire. »

Ce paragraphe signifie que les constructeurs devront veiller à publier leur contenu dans chacune des 24 langues de l’UE pour obtenir et conserver la réception UE par type des véhicules sur ces marchés.

Le gaélique irlandais est une langue officielle de l’UE. Or, je doute que les constructeurs automobiles issus de pays comme l’Allemagne aient considéré la langue irlandaise comme une priorité dans leur stratégie en matière de contenu international. Je me rappelle n’avoir vu qu’une poignée de demandes de traduction dans cette langue pour des clients de l’industrie automobile. Cet exemple démontre la nécessité pour les grands constructeurs d’étendre et d’optimiser leurs processus de traduction pour se conformer au nouveau règlement. 

Selon le règlement, les constructeurs doivent également s’assurer que les informations techniques relatives à leurs produits sont disponibles dans un format facilement accessible en ligne. La surveillance des marchés et la transparence des informations tout au long du cycle de vie des produits sont dès lors essentielles pour tous les groupes d’utilisateurs, des autorités nationales qui accordent la réception par type jusqu’au client final qui achète et possède un véhicule.

Une société peut gérer son processus de traduction de diverses façons. Elle peut par exemple utiliser ses ressources internes, travailler avec des indépendants ou encore collaborer avec des agences de traduction.

Les marques qui dominent le secteur automobile, en revanche, optimisent leurs flux de contenus en faisant appel à des fournisseurs de solutions de contenu international.

En bref

Le nouveau règlement impose aux constructeurs de véhicules de fournir les informations techniques dans toutes les langues officielles des pays de l’UE dans lesquels ils commercialisent leurs produits. Il appartient aux constructeurs d’être au fait de ces exigences et de s’associer à des experts en contenu rompus à la gestion de traductions techniques. Cette démarche apportera aux constructeurs la garantie d’obtenir des traductions à la fois exactes et conformes.

Contactez-nous pour parler à un expert en contenu mondial.

Plus de contenu multilingue ? Pas de problème.

Si vous êtes concerné par le règlement 2018/858 de l’UE, l’équipe d’experts en contenu international de LanguageWire peut répondre à vos besoins en termes de contenu et simplifier vos flux de contenus multilingues, garantissant une livraison efficace de vos projets de traduction en accord avec vos attentes.